Politique du genre de l'ONG

La mesure des avancées selon une perspective à long terme L’enracinement des valeurs liées à l’égalité entre les femmes et les hommes dans les institutions publiques et les structures sociales (famille, école, milieux de travail) nécessite un investissement à long terme pour lequel les avancées ne peuvent être mesurées sur une période restreinte, d’où la pertinence d’opter pour une perspective à long terme et de se fixer des résultats à moyen terme.

Mener une approche structurante en corriger, prévenir et d'inclure

L’approche qui servira à guider nos actions à contribuer à la mise en œuvre de la PNG-Mali comporte quatre leviers : corriger, prévenir, inclure et démontrer (CPID). C’est ainsi que les politiques et les programmes et sectoriels de notre Organisation  offriront un cadre pour corriger les disparités et discriminations existantes, pour prévenir de telle sorte que de nouvelles inégalités ne soient pas induites, pour inclure la participation active et citoyenne dans la lutte contre les inégalités et les stéréotypes et pour démontrer les gains que peut escompter une société en proposant des politiques qui soient aussi avantageuses pour les femmes que pour les hommes.

Corriger

les inégalités et les discriminations existantes entre les sexes dont les femmes et les filles sont encore affectées en raison de l’héritage du passé et ce, à travers des actions et mesures spécifiques. Les femmes sont encore largement victimes de discriminations et/ou d’exclusion basées sur le sexe en comparaison avec les hommes, d’où l’importance de mener des actions ciblées ou positives pour lever ces obstacles. La participation des hommes ne doit pas conduire à la négation des discriminations persistantes envers les femmes mais bien à la recherche avec eux de solutions constructives en vue de les éradiquer.

Prévenir

de telle sorte que les politiques et programmes de développement de notre Organisation ne génèrent pas de nouvelles inégalités entre les femmes et les hommes, soient porteuses de progrès en matière d’égalité tout en étant aussi avantageuses pour les femmes que pour les hommes, pour les filles que pour les garçons. Les nouvelles politiques à promouvoir ne doivent pas avoir d’incidences négatives ni sur les femmes ni sur les hommes, d’où l’importance d’effectuer en amont des analyses différenciées entre les sexes en vue d’éviter que de nouvelles inégalités ou discriminations soient créées.

Inclure

les femmes et les hommes et toutes les composantes de la société afin que les changements soient compris et portés par le plus grand nombre en considérant l’enracinement de la PNG-Mali au niveau de la région et du développement local.

Démontrer

les avantages et les bénéfices que peuvent procurer les progrès en matière d’égalité entre les femmes et les hommes pour la croissance économique, la réduction de la pauvreté, le bien-être d’une société, de la famille et pour le plein épanouissement des individus (femmes et hommes et filles et garçons).

Six orientations stratégiques d’intervention

La politique est structurée autour des six (6) orientations stratégiques suivantes :

Mise à contribution des potentialités des femmes et des hommes dans le développement du pays par leur participation égale aux sphères de décision.

Reconnaissance de la contribution des femmes au développement économique par leur insertion aux circuits productifs et l’accès égal aux opportunités d’emploi et aux facteurs de production.

Consolidation de la démocratie par l’égalité d’accès et la pleine jouissance des droits fondamentaux pour les femmes et pour les hommes.

Promotion, sensibilisation et communication pour l’enracinement des valeurs et des comportements égalitaires au sein de la société malienne tout en ralliant les traditions porteuses d’égalité aux impératifs de la modernité et de l’ouverture sur le monde.

Développement d’un capital humain (femmes et hommes) apte à affronter les défis du développement socioéconomique du pays, de la réduction de la pauvreté, de l’intégration africaine et de la mondialisation.

Prise en compte du Genre comme un principe directeur de bonne gouvernance dans les politiques et réformes publiques les plus porteuses de changement et dans les budgets, en considérant le contexte de la déconcentration et la décentralisation.